BLOG

08/10

Iran: La santé sanctionnée - Sancties tegen gezondheid

Petit post bilingue over de impact van EU Sancties contre l'Iran.

Petit post bilingue: klein radio interview in het Nederlands over de impact van sancties op de gewone Iraniër..

J'y ajoute une brève explication en français... met wat meer uitleg :-)

L'UE a adopté de nouvelles sanctions contre un pays X. C'est une phrase qu'on entend régulièrement dans les médias, mais à laquelle nous, enfin moi ;-), faisons de moins en moins attention. Le risque d'une possible guerre nous touche apparemment beaucoup plus que l'adoption réelle de nouvelles sanctions. Pourtant les conséquences de ces dernières sont souvent terribles...

L'embargo contre l'Irak entre la première (1992) et la deuxième (2003) guerre du Golfe a tué plus d'un demi-million d'enfants. En Syrie, après une année de sanctions, la monnaie syrienne s'est effondrée, certains médicaments se font rares et le prix du lait, des oeufs, et du riz a doublé. Inutile de dire que ceci a des conséquences directes sur la situation sanitaire des groupes les plus vulnérables.

Lors d'une interview sur la Radio 1 (flamande) vendredi passé le journaliste notait qu' apparemment en Iran aussi les sanctions commencent à faire leur travail... L'interviewé, votre souscrit, a insisté sur le fait que les sanctions ont eu leur effet, mais que cet effet consiste en un doublement du prix du poulet et l'effondrement du pouvoir d'achat des Iraniens (ou de certains d'entre eux) . Si l'interview avait été un peu plus longue, il aurait pu y ajouter que le secteur de la santé iranien a été touché lui aussi par les sanctions (qui ne visent officiellement que le programme nucléaire et la démocratisation du pays).

Certains médicaments manufacturés aux Etats-Unis n'arrivent plus dans le pays. Le manque de quinidine sulfate facilitant les electrocardiogrammes en est un exemple, mais l'association hémophiliaque iranienne affirme que les sanctions mettent en danger les jours des patients hémophiliaques. Une infirmière d'un hopital à Malayer a raconté à la BBC comment l'augmentation des prix (parfois 70% en une journée!), renforcée dramatiquement par les sanctions, fait que l'hopital n'arrive plus à se procurer les médicaments nécessaires.

L'opposition aux sanctions est clairement impérative pour tout militant du droit à la santé...!

10563 keer gelezen